Ma période Stephen King

Je suis un peu ce que mon cousin psychologue pourrait appeler une maniaque. Avec moi, l’idée la plus simple peut vite dégénérer en une force capable de m’enlever le sommeil ou de s’introduire jusque dans mes rêves. Ces passions ( obsessions) se déclarent assez soudainement et sautent d’un sujet à l’autre. Comme cette fois, ouPoursuivre la lecture de « Ma période Stephen King »

L’affaire Protheroe

L’affaire Protheroe est un roman policier écrit par l’écrivaine britannique Agatha Christie. Il a été publié pour la première fois au Royaume-Uni par le Collins Crime Club en octobre 1930 et aux États-Unis par Dodd, Mead & Co au cours de la même année. C’est le dixième roman d’Agatha Christie et le premier ayant MissPoursuivre la lecture de « L’affaire Protheroe »

Pour un immense kannjawou

En lisant le tout dernier texte de Lyonel Trouillot intitulé Kannjawou, m’estrevenu le souvenir d’une histoire entendue, il y a peu de temps, celle d’un jeunehaïtien, éduqué, muni du Bac qui chaque jour, invariablement allait faire le tourdes ambassades étrangères de la ville, à l’affut de la moindre information pouvantlui offrir une chance de partir,Poursuivre la lecture de « Pour un immense kannjawou »

Anacaona, la reine poétesse-extrait

“Vous faites, ô Tzémès, le soleil, la lune et les étoiles d’or, la foudre et l’orage, l’air qui nous fait vivre et qui fait palpiter nos coeurs d’enthousiasme. Vous faites le Destin… Vous êtes, ô Tzémès, en tout et partout. Vous êtes le parfum dans la fleur, le rythme dans nos areytos. C’est vous quiPoursuivre la lecture de « Anacaona, la reine poétesse-extrait »

Les enfants des héros

Que penser de deux enfants lancés dans une fuite effrénée à travers les rues du centre-ville ? Un garçon et une fille responsables de la mort de leur père. Ils fuient l’image de cet homme qui, à deux mètres de leur mère endormie, se noie dans une mare de sang, la colère de tout unPoursuivre la lecture de « Les enfants des héros »

Pourquoi ici demeuré-je?-René Philoctète

Pourquoi ici demeuré-je? Jamais je ne me suis demandé pourquoi je continue de vivre ici comme je ne me suis jamais demandé pourquoi je respire pourquoi je dors pourquoi je parle comme je parle Au fait pourquoi suis-je encore ici? Peut-être pour ce pic appelé Morne-la-Selle, peut-être pour le chemin dit des Quatres-Chemins, ou parcePoursuivre la lecture de « Pourquoi ici demeuré-je?-René Philoctète »

La lettre sous la langue

Je t’écris pour te dire que je vis à fleur d’encre dans une ville de béton armé On tire lamentablement dans ma rue Dire est déjà trop dire le bonheur sous chloroforme Qui habitera avec nous cet espace mensonger l’incertitude de ce pays aphone à force de faire des promesses à des bonheurs sans complicesPoursuivre la lecture de « La lettre sous la langue »

Lettre d’octobre

Quelquefois je redeviens mortel mon amour accessible cherchant dans la rue le champ libre de tes yeux pour rattraper le soleil au pas de course empaqueter tes mains faire un grand trou dans les mots et te parler avec des phrases mal parties des phrases qui ratent le train trainent une bouée de douleur aussiPoursuivre la lecture de « Lettre d’octobre »