Le sang et la mer 2. Herodiane

Qui n’était pas tenté, après lecture du fascinant roman de Gary Victor : Le sang et la mer, de replonger dans l’univers de son héroïne, la sublime Hérodiane Palus ? L’auteur nous offre cette chance inespérée en accordant une suite à l’histoire d’ Hérodiane. On retrouve ce monde magique ou le réalisme porté par desPoursuivre la lecture de « Le sang et la mer 2. Herodiane »

Lire « Stella » et partager la passion de la liberté

Je dois vous avouer, au risque de paraître prétentieuse, que ce qui m’a déterminée à lire « Stella » d’Emeric Bergeaud fut une notice sur la quatrième de couverture qui indiquait que très peu d’intellectuels haïtiens pouvaient se targuer d’avoir lu ce livre. Et oui ! Premier roman haïtien, c’est pourtant, en effet, un texte assez méconnu.Poursuivre la lecture de « Lire « Stella » et partager la passion de la liberté »

Romain Gary dans « La vie devant soi »

Je pense que pour vivre, il faut s’y prendre très jeune, parce qu’après on perd toute sa valeur et personne ne vous fera de cadeaux. Momo Prix Goncourt 1975, « La vie devant soi » est, sans conteste, l’un des plus beaux romans de Romain Gary. Je n’arrive pas à compter combien de fois, je l’ai lu etPoursuivre la lecture de « Romain Gary dans « La vie devant soi » »

Perdue entre le sang et la mer

J’ai découvert « Le sang et la mer » de Gary Victor il y a un peu plus d’un an. C’est un roman qui m’a tout de suite plu par la pétillance du style mais également pour la trame de l’histoire. Jusqu’à la dernière page, le récit d’Herodiane retint mon intérêt. Comment ne pas être touchée parPoursuivre la lecture de « Perdue entre le sang et la mer »

Parce qu’il s’agit ici de « La belle amour humaine »

Résumer un roman tel que  « La belle amour humaine » de Lyonel Trouillot reviendrait à tenter l’exercice farfelu de définir la complexité des personnages évoluant dans cette sphère romanesque. Mais comme Thomas l’a si bien dit: « on ne résume pas un humain ». Alors on peut toujours s’embarquer à bord de la voiture de Thomas, pour suivrePoursuivre la lecture de « Parce qu’il s’agit ici de « La belle amour humaine » »

Parlons-en: L’amie prodigieuse (La saga)

J’ai eu la chance de rencontrer une dame charmante il y a quelques années. C’était une féministe, la responsable d’une organisation de femmes. Elle m’a conseillé plusieurs livres et auteurs. Elle m’a surtout offert un exemplaire du premier tome de cette magnifique saga d’Elena Ferrante : L’amie prodigieuse. Je ne connaissais pas encore cette auteure.Poursuivre la lecture de « Parlons-en: L’amie prodigieuse (La saga) »

Ce n’est pas d’amour que je me meurs

Ce n’est pas d’amour que je me meurs, je me meurs de toi.Je meurs de toi, mon amour, de l’amour pour toi,de l’urgence de ma peau pour ta peau,de mon âme pour toi et de ma boucheet de mon sale caractère quand tu n’y es pas.Je meurs de toi et de moi, je meurs dePoursuivre la lecture de « Ce n’est pas d’amour que je me meurs »

Aimons toujours ! Aimons encore !

Aimons toujours ! Aimons encore ! Quand l’amour s’en va, l’espoir fuit. L’amour, c’est le cri de l’aurore, L’amour c’est l’hymne de la nuit. Ce que le flot dit aux rivages, Ce que le vent dit aux vieux monts, Ce que l’astre dit aux nuages, C’est le mot ineffable : Aimons ! L’amour fait songer,Poursuivre la lecture de « Aimons toujours ! Aimons encore ! »