À suivre…

Aéroport Toussaint Louverture

Chapitre 1

Il est trop tard. Trop tard pour revenir en arrière, pour reprendre ma vie de ces derniers mois. Je me suis assurée de bien fermer la porte en partant. Justement parce que tôt ou tard mes plus profondes certitudes finissent toujours par s’envoler.  Je me demande s’il existe sur terre quelqu’un de plus indécis que moi, quelqu’un qui traine derrière elle une telleLire la suite « À suivre… »

Espoirs avortés-Extraits

« Mais Max ne jouait pas toujours. Quelquefois, il s’installait avec ses amis sur les murs restants de ce qui était jadis l’une des plus belles maisons du quartier. Là, ils parlaient football, femmes, sifflaient les passantes. À l’encontre d’une d’entre elles qui auraient tenté de les ignorer, ils débitaient la liste de tous les hommes du coin qui avaient partagé son lit. Tout le monde à Morfé se connaissait plus ou moins au sens biblique du terme. C’est que là, les corps avaient fini par être mis en commun. Quand un gars gagnait une belle somme à la loterie,Lire la suite « Espoirs avortés-Extraits »

Soyons responsables

Haïti connait de graves problèmes environnementaux depuis déjà de nombreuses années. S’il est difficile voire impossible de nier cette réalité, on constate pourtant qu’il n’existe aucun plan national visant à remédier a la situation.

La pollution et l’insalubrité des rues sont les aspects les plus cités et les plus reconnus a tous les niveaux pourtant le problème va bien au-delà de cela. Le pays a perdu une grande partie de sa couverture forestière en raison surtout de la coupe intensive des arbres a des fins utilitaires sans parler des constructions incontrôlées sur  tout le territoire. Il existe, en Haïti très peu de zones protégées par le gouvernement. Ce qui contribue à la destruction de notre biodiversité.Lire la suite « Soyons responsables »

Séisme

Il arrive souvent, face aux malheurs qui surviennent souvent dans la vie, qu’on se lamente en regrettant de ne pouvoir prédire l’avenir, ce qui aurait offert l’occasion de faire des choix différents. Un changement d’itinéraire aurait pu permettre d’empêcher un accident, ne pas avoir été dans la rue aurait pu épargner d’une balle perdue. Cependant, l’événement le plus meurtrier de l’histoire de notre pays et certainement celui qu’on aurait le plus aimé anticiper est sans nul doute le séisme du 12 janvier 2010 qui a causé environ 250000, les statistiques sont un domaine comme un autre où on n’excelle pas en Haïti ?

Si 2 ans avant, des voix crédibles s’etaient élevées pour annoncer cette catastrophe, quels choix différents aurions nous fait pour épargner la vie de tous ces pauvres gens morts ce jour-là ? Aurions-nousLire la suite « Séisme »

L’affaire Protheroe

L’affaire Protheroe est un roman policier écrit par l’écrivaine britannique Agatha Christie. Il a été publié pour la première fois au Royaume-Uni par le Collins Crime Club en octobre 1930 et aux États-Unis par Dodd, Mead & Co au cours de la même année. C’est le dixième roman d’Agatha Christie et le premier ayant Miss Maple comme personnage principal. Une pièce de théâtre, deux films et un roman graphique sont basés sur cette œuvre.

Ce roman n’est peut-être pas l’un des plus célèbres, mais son auteur l’est certainement. Dame Agatha Mary Clarissa Christie est née à Torquay, dans le Devon, en Angleterre (née Miller, le 15 septembre 1890 – 12 janvier 1976). Elle est reconnue comme l’auteur de 66 romans policiers et de 14 nouvelles et plus largement pour avoir créé le célèbre détective de fiction Sir Hercule Poirot, qui figure dans trente-trois œuvres alors que Mlle Marple n’apparait que dans douze d’entre elles.

Résumé       

Dans ce roman, un meurtre est commis à l’endroit le moins imaginable: un presbytère. Cela se passe dans un petit village imaginaire appelé St. Mary Mead. Un jour, dans l’après-midi, le vicaire Leonard Clément découvre le cadavre du colonel Lucius Protheroe dans son bureau.Lire la suite « L’affaire Protheroe »

Une faveur qui tourne mal

download (1)

J’ai failli finir l’année 2018 sans regarder A simple favor, un film de Paul Feig, mettant en vedette Anna Kendrick et Blake Lively. Les critiques que j’ai pu voir sur ce film sont assez mitigées. Le plus grand reproche qu’on lui fait étant de ne pas correspondre à un genre, d’avoir des aspirations à moitié satisfaites de comédie et de film noir. J’avoue avoir surtout commencé à regarder à cause d’Anna Kendrick que j’avais adorée dans Pitch Perfect 1. Mais dès que le film a débuté, je me suis laissée embarquer et j’étais encore devant mon ordinateur à 2h AM à rire de tout mon saoul. L’histoire est entrainante et le jeu des deux actrices particulièrement réussi. Quelques rebondissements farfelus, certes et des situations assez prévisibles gâchent ce qui aurait pu être une œuvre plutôt réussie.

C’est quoi l’histoire?

Au début du film, on voit Anna Kendrick en maman blogueuse racontant que sa meilleure amie a disparu depuis 5 jours. Suivent des scènes montrant la naissance et quelques moments forts de cette amitié avant qu’Emily (Black Lively) ayant demandé à Stephanie (Anna Kendrick) « a simple favor », en gardant son fils, disparaisse sans laisser de traces. Les recherches de la police finissent par mener au corps sans vie d’une femme que notre bloggeuse reconnait comme étant celui de son amie. En plein deuil, le mari d’Emily se rapproche de la serviable Stéphanie et les deux finissent par se mettre ensemble. Peu après son emménagement chez lui, certains faits commencent à montrer à Stéphanie que sa meilleure amie n’est peut-être pas si morte que ça. Une fois ses soupçons nés, la maman bloggeuse se met à fouiner, mettant à jour des talents insoupçonnés d’enquêtrice.

Alors?

De prime abord, A simple favor est avant tout une comédie mais le mystère au cœur de l’histoire est ficelé comme dans un thriller. L’ensemble aussi est assez noir mêlant meurtre, inceste, arnaques et j’en passe. En fin de compte, s’il est vrai que le film est assez difficile à catégoriser, il apporte quand même le minimum qu’on était en droit d’espérer : presque 2h de détente et de rire. C’est un film qui se laisse regarder. Et même si cette production peut difficilement être classée comme un chef-d’œuvre, on ne peut pas non plus aussi la qualifier de mauvaise.

La Perle-Fiche de lecture

511098F0CKL

Titre : La perle

Auteur : John Steinbeck

Genre : Roman

Nombre de pages : 189

Pays : Etats-Unis

Edition : Viking Press

Année de parution : 1947

Traducteur : Marcel Duhamel

Cadre spatio-temporel : Salinas, Californie, début du 20ème siècle

Thèmes abordés : La pauvreté, l’argent, la jalousie, la condition humaine, le capitalisme

Personnages principaux : Kino, Juana(sa femme), Coyotito (son fils)

Autres personnages importants : Juan Tomas (son frère), le médecin

Résumé

Kino habite un petit village où tout le monde se connait avec sa femme et son bébé. Il est pêcheur de perle. Son métier consiste à trouver des perles dans les coquilles des huitres qu’ils pêchent et à les vendre. Un matin, tout ce qu’il y a de plus calme et heureux, un scorpion pique le fils de Kino. Les cris de l’enfant font accourir tout le village. Les piqures de scorpion sont très dangereuses alors la femme de Kino insiste pour aller voir le médecin. Ce dernier est un rustre incompétent qui ne fait allégeance qu’aux riches de la ville et ne va jamais offrir ces services aux pauvres gens du village. La petite famille de Kino se met en marche avec à sa suite une foule formée de tout le village et même des mendiants. Mais le médecin les humilie et refuse ses soins a l’enfant parce qu’ils sont trop pauvres pour le payer. Alors Kino part en mer avec sa famille dans l’espoir de trouver une perle qui lui donnerait assez d’argent pour sauver son fils. La prière de sa femme est exaucée et il trouveLire la suite « La Perle-Fiche de lecture »

dieu n’est pas grand-Fiche de lecture

41x-VBXfJ9L

 

Christopher Hitchens: dieu n’est pas grand

Grand format

 

1.     Christopher Hitchens, dans cet essai sur la religion démontre les dégâts causés par le fanatisme religieux, le processus de création d’une religion, son mécanisme et son évolution dans le temps.

 

2.     Dans le premier chapitre intitulé : Comment la religion empoisonne tout, Hitchens choisit six endroits du monde, six villes pour illustrer le caractère meurtrier des religions.

 

3.     Il s’attaque aussi a la capacité qu’ont les représentants religieux, par naïveté ou de manière calculée, de s’évertuer à fermer les yeux sur les progrès de la science pour rester attachés à des traditions religieuses dépassées qui souvent sont préjudiciables aux fidèles.Lire la suite « dieu n’est pas grand-Fiche de lecture »

%d blogueurs aiment cette page :