You saison 2

Il aura fallu attendre plus d’un an pour finalement découvrir la suite des aventures de Joe Goldberg. Pour ceux d’entre nous qui n’avons pas lu les romans de Caroline Kepnes dont la série est une adaptation, nous n’avions aucune idée de la direction que l’histoire allait prendre. A la fin de la saison 1, Joe avait refermé le chapitre « Guinevere Beck ». Il se préparait à reprendre sa vie telle qu’elle était au moment où on avait fait sa connaissance, mais ses plans ont été bouleversés par l’arrivée impromptue d’une figure de son passé. Cette fin nous avait, je pense, tous laissés bouche bée et impatients de connaitre la suite.

Au début de la saison 2, on découvre un Joe, traumatisé par ses récentes expériences, désireux de maintenir l’amour à distance pour sa paix d’esprit et sa survie. Il est en cavale et pour semer l’ennemie, il est venu se cacher dans son propre enfer personnel, la ville où il est considéré cool d’écrire Nirvana à l’envers, où les gens ont tourné la prétention en art, où les gens ne lisent pas et sont tous des stars en devenir: Los Angeles. Joe s’installe dans un appartement dont la propriétaire, une jeune journaliste du nom de Delilah, est en charge de sa super précoce petite sœur qui rêve de devenir réalisatrice, Ellie. Joe se fait maintenant appeler Will, il veut se fondre dans la masse, être invisible. Mais il est déconcentré dans cette tâche par l’amour qui se trouve ironiquement personnifié par une fille parfaite sur tous les points du nom de Love.

Love n’a rien avoir avec Beck. Love est sûre d’elle, bien dans sa peau, vit sa passion. Love lit. Love se soulève contre les injustices, affirme ses désirs. Love est bonne cuisinière et pâtissière. Love est une amie en or, elle se soucie des autres. Elle a aussi des amis intelligents et sympathiques, à l’inverse de Beck et de son groupe d’amis. Love est compréhensive, attentive, passionnée. Love est parfaite. Bien sûr, elle a une histoire familiale triste et compliquée, elle entretient avec son frère, Forty, une relation un peu toxique qui prend beaucoup de place dans sa vie, elle est aussi un peu trop prompte à s’engager et un peu possessive. Mais ce sont là des détails qui la rendent presque plus aimable. Love est tout ce dont Joe rêvait et il veut être un homme bien pour elle. Alors, il se convainc d’avoir changé grâce à elle. Et même si les meurtres continuent, il sait tout au fond de lui que ce n’est pas vraiment de sa faute et que toutes ses actions sont guidées par l’amour et l’envie de bien faire.

J’ai regardé la saison 1 de You en une journée tant j’ai été emportée par l’histoire dès les premières secondes. Avec la saison 2, j’ai eu un peu plus de mal. Les premiers episodes ne m’ont pas semblé très intéressants. C’est peut-être dû au fait que les personnages et l’atmosphere dans lequel ils évoluent sont très différents: les couleurs, les lieux, les conversations. Aussi, les personnages de Forty et de Henderson m’ont paru stéréotypés (Respectivement, le loser et le violeur) et agaçants; celui de Love, trop parfait et presqu’ennuyeux. Et Joe, encore une fois, qui revêtait sa cape de héros, certain de pouvoir régler les problèmes des femmes de son entourage mieux qu’elles ne le peuvent, s’immisçant dans les vies de Delilah et Ellie pour finir par tout compliquer. Les flashbacks de l’enfance de Joe sont d’un certain intérêt, puisque maintenant qu’on connait mieux le personnage, on est naturellement curieux de connaitre les causes de son comportment (à part, bien sûr, les violences de Mooney). Mais il est difficile, au début, de savoir où ils veulent en venir.

Heureusement, à mesure qu’on avance, la saison augmente en intérêt et vers l’épisode 8, je ne pouvais plus décrocher tant il y avait d’actions et de suspense par rapport à la suite. Les derniers episodes, avec leur lot de révélations et de rebondissements, parviennent à sauver la saison. Et mieux encore, ils permettent de voir l’ensemble des épisodes sous un nouveau jour. Love s’avère surprenante, Forty plus complexe qu’il ne l’avait laissé deviner. Vers la fin, il y a aussi cette question, un espoir: « Joe va-t-il enfin sortir de son déni et se voir tel qu’il est? » Le dernier épisode se charge de répondre à cette question et je ne me suis pas autant amusée devant une série en au moins 6 mois. Donc, je recommande absolument cette nouvelle saison. Et si, comme moi, vous avez un peu de mal à accrocher au début, accordez vous juste un peu de temps. Joe réussira à vous embarquer dans sa folie bien assez tôt.

Magdalée Brunache

Publié par Magdalée

Je suis née à Port-au-Prince. Actuellement, je fais des études à Taiwan. Je suis écrivaine. Bienvenue sur mon blog en langue française!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :