You (Parfaite)

Coup de coeur série #2

Eh bien! Salut, toi. Qui es tu? D’après ton look, je dirais que tu es…étudiante. Tu portes un chemisier plutôt ample, tu n’es pas là pour te faire reluquer. Le cliquetis de tes bracelets me dit que tu aimes qu’on te remarque un peu. D’accord, ça marche. Tu parcours les livres, rayon littérature, section F à K. Bon alors, t’es pas une jolie fille qui croit s’acheter du charisme avec un Faulkner qu’elle ne finira jamais. Tu as trop bonne mine pour Stephen King. Alors, qui vas tu acheter?
Tu as presque l’air de t’excuser d’être une jeune fille si bien élevée. Et tu me murmures ton premier mot…

Joe Goldberg

Je me souviens avoir commencé à visionner cette série sans attentes particulières. Elle venait tout juste de m’être propose par Netflix. Dès les premières secondes, elle a happé mon attention et j’ai consommé les 10 episodes de la première saison. Dans l’attente de la saison 2 qui est actuellement en cours de production, j’ai eu le temps de la binge-watcher à nouveau sans perdre une miette de mon intérêt pour l’histoire et c’est avec des émotions toutes nouvelles que je découvre le roman de Caroline Kepnes qui nous a offert cette incroyable satire sociétale.

Alors, l’histoire?

Joe Goldberg est responsable d’une librairie où Guinevere Beck, étudiante et aspirante écrivaine s’arrête un jour. Pour Joe, c’est le coup de foudre et il a comme l’impression qu’il n’a pas non plus été indifférent à la demoiselle. Cela avait cependant toutes les chances d’être rélégué au rang d’une rencontre fortuite et sans conséquence mais Joe décide de donner un coup de pouce au destin. La traquant grâce aux réseaux sociaux, quand elle sort, ou au bas de sa fenêtre, Joe découvre vite tout ce qu’il y a à savoir sur Beck ou presque et se fait un devoir de la protéger à tout prix de son entourage nocif.

Toutes les relations ont leurs obstacles à surmonter, non?

Joe Goldberg

Joe

Joe

Je sais que ça ne fait pas cool de dire ça et que ce n’est pas hyper branché mais les livres me passionnent, et je veux que ma vie tourne qu’autour des choses que j’aime vraiment.

Joe Goldberg

Le truc avec Joe Goldberg c’est qu’en surface, il ne correspond pas du tout à l’archétype du gars tordu, de l’harceleur. Il est charmant, a le sens de l’humour et rien dans sa conversation ou actions ne pousserait à actionner la sonnette d’alarme. Si les geek plutôt mignons sont votre type (comme c’est un peu le mien), vous tomberiez amoureuse de lui. C’est un homme intelligent qui a lu plus de livres que l’être humain moyen et répugne à tuer. Son amitié avec le fils de sa voisine concoure aussi à lui donner un côté prévenant et désinteressé. Il aurait pu être un artiste s’il y avait aspiré. On a l’impression tout au long que Joe est cet être sensible avec une vie interieure intense qu’il n’a jamais appris à exprimer de façon saine. Et cela en fait un homme detaché de la société, avec de forces tendances manipulatrices, ce qui le rend dangereux. Il a tant lu et si bien observé le monde autour de lui qu’il pourrait se fondre dans la peau de n’importe qui, jouer sur nos préjugés pour être celui qu’on attend de lui qu’il soit.

Les gens gobent n’importe quoi du moment que ça confirme leur vision du monde.

Pourquoi regarder ”You”?

Cette série avait tout pour me plaire: un bon thriller psychlogique pas trop prévisible, de constantes références littéraire, une aspirante écrivaine pour qui toutes les raisons sont bonnes pour ne pas écrire.

La grande force de cette série et sa particularité c’est qu’elle est racontée du point de vue de l’harceleur (qui n’a absolument pas cette impression de lui-même) s’adressant à la deuxième personne à sa cible. Laquelle ne se cantonne à un rôle de victime pure et fragile, elle a aussi ses tares et ses insécurités. Un peu comme tout le monde, elle manipule, ment et se cherche. La dynamique entre Beck et Joe est très interessante.

Les réseaux sociaux. C’est le prochain grand génocide.

Blythe

« You », c’est aussi une critique de notre dependance aux réseaux sociaux et de notre tendance à en révéler un peu trop en ligne. Cette série touche aussi à la violence familliale et les séquelles du vécu durant l’enfance. Mais sans jamais oublier une certaine dose d’humour dont les justifications abracadabrantes que Joe arrive à trouver à certaines de ses actions.

Alors, pensez à binge-watcher la série sur Netflix et/ou lisez le livre. Je vous assure que cela en vaut la peine.

Magdalée Brunache

4 réflexions au sujet de « You (Parfaite) »

    1. You are the one who told me about « you » and since the beginning, I was like I want more and the end was just perfect because it makes me think what coming next

      Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.