Une faveur qui tourne mal

download (1)

J’ai failli finir l’année 2018 sans regarder A simple favor, un film de Paul Feig, mettant en vedette Anna Kendrick et Blake Lively. Les critiques que j’ai pu voir sur ce film sont assez mitigées. Le plus grand reproche qu’on lui fait étant de ne pas correspondre à un genre, d’avoir des aspirations à moitié satisfaites de comédie et de film noir. J’avoue avoir surtout commencé à regarder à cause d’Anna Kendrick que j’avais adorée dans Pitch Perfect 1. Mais dès que le film a débuté, je me suis laissée embarquer et j’étais encore devant mon ordinateur à 2h AM à rire de tout mon saoul. L’histoire est entrainante et le jeu des deux actrices particulièrement réussi. Quelques rebondissements farfelus, certes et des situations assez prévisibles gâchent ce qui aurait pu être une œuvre plutôt réussie.

C’est quoi l’histoire?

Au début du film, on voit Anna Kendrick en maman blogueuse racontant que sa meilleure amie a disparu depuis 5 jours. Suivent des scènes montrant la naissance et quelques moments forts de cette amitié avant qu’Emily (Black Lively) ayant demandé à Stephanie (Anna Kendrick) « a simple favor », en gardant son fils, disparaisse sans laisser de traces. Les recherches de la police finissent par mener au corps sans vie d’une femme que notre bloggeuse reconnait comme étant celui de son amie. En plein deuil, le mari d’Emily se rapproche de la serviable Stéphanie et les deux finissent par se mettre ensemble. Peu après son emménagement chez lui, certains faits commencent à montrer à Stéphanie que sa meilleure amie n’est peut-être pas si morte que ça. Une fois ses soupçons nés, la maman bloggeuse se met à fouiner, mettant à jour des talents insoupçonnés d’enquêtrice.

Alors?

De prime abord, A simple favor est avant tout une comédie mais le mystère au cœur de l’histoire est ficelé comme dans un thriller. L’ensemble aussi est assez noir mêlant meurtre, inceste, arnaques et j’en passe. En fin de compte, s’il est vrai que le film est assez difficile à catégoriser, il apporte quand même le minimum qu’on était en droit d’espérer : presque 2h de détente et de rire. C’est un film qui se laisse regarder. Et même si cette production peut difficilement être classée comme un chef-d’œuvre, on ne peut pas non plus aussi la qualifier de mauvaise.

Une réflexion au sujet de « Une faveur qui tourne mal »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.